Dr Olivier Bauquis
Chirurgie reconstructive et esthétique

Reconstruction du sein

La reconstruction du sein amputé peut se faire selon quatres méthodes opératoires différentes, et que celle-ci, n’interfère pas avec le traitement du cancer :

La méthode la plus simple et la plus souvent pratiquée pour remodeler un nouveau sein est d’utiliser une prothèse ou implant sous le muscle pectoral, directement ou après implantation d’un expander. L’expander est un implant provisoire qu’on remplit progressivement avec du sérum physiologique en 3 à 4 mois, afin d’obtenir un volume de peau correspondant au sein controlatéral. Par la suite, cet expander sera remplacé par une prothèse définitive. Toutefois, cette méthode ne peut être envisagée que si la peau du thorax est souple et de bonne qualité. L’apparence du sein est différente par rapport à votre autre sein, malgré cela, le bénéfice est important tant sur le plan de l’image corporelle que sur le plan pratique de ne pas porter une prothèse externe. Possibilité de modifier le sein controlatéral (diminution, augmentation, pexie), afin d’obtenir une meilleure symétrie. Actuellement, les nouveaux implants en silicone contiennent du gel cohésif et une enveloppe plus épaisse avec l’avantage d’être beaucoup plus stable dans le temps.

Lorsque la peau du thorax après mastectomie est en quantité insuffisante, et/ou lorsque sa vascularisation est de mauvaise qualité après une radiothérapie, le chirurgien a la possibilité de le remplacer par des tissus du dos ou muscle grand dorsal . Il peut parfois être utilisé après échec d’un lambeau abdominal. Les séquelles fonctionnelles dues au prélèvement de ce muscle sont négligeables. Le chirurgien amènera donc ce muscle, y compris la portion de peau qui le recouvre, sur le devant du thorax. A noter, que le volume du nouveau sein reconstruit par ce lambeau est souvent petit, et le recours à un implant, parfois nécessaire. De nos jours, on peut également injecté sa propre graisse dans le lambeau afin d’augment le volume et ne pas de voir mettre un implant.

Si la morphologie du ventre et celle du sein restant s’y prêtent, la reconstruction du volume du sein peut se faire par un lambeau pédiculé du grand droit de l’abdomen , ou TRAM (transverse rectus abdominis myocutaneous flap). Il permet de reconstruire un sein de gros volume sans prothèse, ce qui donne un résultat plus naturel et stable dans le temps. Il améliore la silhouette du ventre puisqu’il comprend une plastie abdominale pour refermer la zone donneuse du lambeau. Malgré, ces avantages, cette méthode de reconstruction comporte des inconvénients qui ne sont pas négligeables : Le déplacement d’un des muscles droits de l’abdomen, peut entraîner une faiblesse de la paroi abdominale, zone qu’il faut alors réparer avec un filet synthétique, afin de prévenir le risque d’éventration, la cicatrice de l’abdomen est souvent longue et entraîne une diminution de la sensibilité du bas ventre. L’opération est souvent longue et le séjour hospitalier de 10 jours environ.

Le lambeau libre microchirurgical ou DIEP est une technique plus récente a l’avantage d’épargner les muscles de la paroi abdominale. La peau du lambeau peut se nécroser par endroits, risque d’autant plus élevé si la patiente est tabagique, obèse ou diabétique. Le lambeau de la face interne de la cuisse ou Gracilis permet de reconstruire des seins de petites tailles chez des patientes très sportives et ne souhaitant pas des implants. C’est un lambeau qui nécessite une technique appelé microchirurgie donc présente un risque d’obstruction des vaisseaux avec perte partielle ou totale du sein reconstruit. La cicatrice se situera à la racine de la cuisse.

En fonction du volume et de la forme du sein controlatéral, une plastie mammaire de réduction ou d’augmentation par prothèse peuvent être faites impliquant des cicatrices sur le sein. Bien entendu si le sein reconstruit est de forme et de volume satisfaisants, aucun geste de symétrisation ne sera nécessaire. La création d’un nouveau mamelon avec son aréole se fera à la fin du temps de la reconstruction le plus souvent en anesthésie locale.
Avenue Servan 4
1006 Lausanne
+41 21 601 57 59
Réception :
Lu Je Ve 9h - 12h
Ma Je 14h - 17h